C'est le passé et le présent qui se mélangent pour former la passionnante histoire culturelle de notre antique cité, tournée irrémédiablement vers l'avenir…
Ces "billets", pour amoureux d'Anduze, n'en sont que quelques modestes reflets.

18 juillet 2017

Au péristyle du temple…


Pour ce billet, annonçant la pause estivale, je vous propose cette photographie que l’on dirait directement sortie du catalogue d’exposition d’un peintre contemporain ! Remarquez, c’est presque cela, puisque le tableau en question a trouvé sa place depuis près de deux cents ans dans la galerie du péristyle du temple d’Anduze.
Cette œuvre magnifique en calcaire gris-bleu du Kimméridgien, extraite de la carrière de la Madeleine à Tornac, fut conçue il y a environ cent cinquante millions d’années…

La création est installée au sol et foulée aux pieds tous les jours, comme une punition des hommes sanctionnant une échelle du temps qui défie leur entendement. Il est vrai que, ajoutant à son mystère, seul un œil exercé est capable de la déceler. Une image discrète, presque secrète, au seuil de ce lieu cultuel où les rares personnes connaissant son existence, croyantes ou non, ont peut-être trouvé avec celle-ci une autre dimension à leur vie spirituelle. Allez savoir…


Bel été à tous !

6 juillet 2017

L'art de Nathalie Montel…

La ville d’Anduze a cette chance exceptionnelle de compter parmi ses habitants un certain nombre de personnalités artistiques de grande valeur, officiant parmi les domaines les plus variés de la culture. Celui des Arts plastiques est particulièrement privilégié par son niveau élevé et c’est toujours un réel plaisir pour la municipalité de pouvoir inviter l’un de ses représentants à venir exposer ses meilleures œuvres.

Un rendez-vous de juillet qui nous permet cette année d’accueillir Nathalie Montel, artiste-peintre professionnelle installée dans notre cité depuis plus d'une décennie. Après avoir travaillé pour l’Education Nationale en tant que professeur d’Arts plastiques, notre Lodèvoise de naissance décide en 2004 de s’installer à Anduze pour ouvrir un atelier chez elle. Deux ans plus tard elle confirme son indépendance artistique en devenant peintre professionnelle. Depuis, en se partageant entre des cours donnés à son atelier et sa propre peinture, se succèdent les expositions en galeries et autres salons d’Art où différentes distinctions de prestige sont venues conforter ses choix.

Il faut dire que Nathalie a réussi à se créer son univers personnel avec un style reconnaissable, et reconnu d’abord pour la maîtrise du dessin. Celui-ci vient simplement structurer le sujet principal de la toile, laissant toute la place à l’expression de la matière. Les sujets évoqués par l’artiste dans ses tableaux touchent essentiellement à l’humain avec notamment beaucoup d’enfants et d’adolescents évoluant dans l’environnement apaisé d’une vie quotidienne emprunte de douceur et de tendresse. Et c’est précisément là que l’on voit toute l’étendue du talent de l’artiste, car ces images, qui auraient pu être mièvres et sans grand intérêt de par la nature même de leurs sujets, ont été métamorphosées en visions oniriques par la façon audacieuse de les traiter.

D’abord par l’emploi de couleurs éclatantes et irréelles dont le caractère joyeux vient quelques fois contredire la mélancolie de certains sujets. Ensuite une façon de peindre enlevée qui montre toute la nature dynamique de l’artiste, avec une application des teintes en touches généreuses favorisant une impression de mouvement.
Et enfin un travail général très élaboré sur les matières qui nous amène tout en poésie à la frontière de deux mondes : ceux du réel et de l’imaginaire. A chacun de choisir le sien selon sa sensibilité et son interprétation de l’œuvre.
Pour ma part le choix est fait depuis longtemps…