C'est le passé et le présent qui se mélangent pour former la passionnante histoire culturelle de notre antique cité, tournée irrémédiablement vers l'avenir…
Ces "billets", pour amoureux d'Anduze, n'en sont que quelques modestes reflets.

24 mai 2017

Château de Tornac : entre archéologie et restauration…

Le 30 mars dernier eut lieu à la mairie de Tornac une réunion entre le SIVU (Syndicat Intercommunal à Vocation Unique d’Anduze et Tornac, propriétaires du site), la DRAC et l’architecte du patrimoine chargé par le syndicat du projet de restauration et de mise en sécurité des caves du logis Renaissance du château. Une réunion qui fut précédée par la visite des lieux, les nouveaux responsables à la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Montpellier, entrés en fonction en janvier 2017, ne connaissant pas le château.
 
Ce projet est la suite logique des campagnes de fouilles archéologiques qui eurent lieu au cours des années 2013 à 2016. Pour illustrer mon propos je vous propose entre autres une très belle photo de la cour du château, prise d’un drone (en cliquant dessus vous pouvez l'agrandir). Cette vue d’ensemble permet, je pense, de mieux se rendre compte des différents travaux effectués. Donc ceux-ci portèrent d’abord sur la cour castrale avec, en résumé, la découverte du niveau du sol d’origine soigneusement pavé (flèches oranges) et le dégagement d’un petit escalier en très bon état conduisant aux caves (flèche verte) ; les deux flèches rouges indiquent un pas de porte de ce qui semble avoir été un petit vestibule qui desservait l’entrée des caves et une grande pièce sur la gauche, celle-ci communicant sans doute avec l’ensemble des bâtiments et ses étages ; d’un système d’écoulement des eaux au pied de la tour Sandeyran (flèches jaunes), ainsi qu’un ancien accès de puisage de la citerne souterraine, situé près de l’entrée principale de la cour (flèche bleu) ; les flèches violettes montrent des murets construits par l’archéologue pour empêcher la terre d’envahir les zones de fouille. Ensuite le sondage de la fameuse citerne, jouxtant les caves, en grande partie comblée ; mais je vais transcrire ici un extrait de la synthèse – écrite par Sophie Aspord-Mercier, archéologue – de ces dernières fouilles très intéressantes :

« (…) La fouille minutieuse du comblement de la citerne a révélé diverses pierre de taille dont une finement sculptée d’un décor de feuillage pouvant dater des XIIème, XIIIème siècles. Plusieurs pavés en calcaire issus de la cour astrale et des pièces du rez-de-chaussée du logis Renaissance, des fragments de dalles en terre cuite, de brique, de parefeuille, de tuile et de nombreux tessons de poterie ont également été retrouvés. Parmi ceux-ci fut découvert un fragment d’un pot à pâte cuite à très haute température ayant l’aspect du grès de couleur gris clair. L’émaillage fin et régulier tend à entrevoir un aspect industriel pouvant dater de la fin du XIXème siècle, voire du début du XXème siècle. De toute évidence, le comblement de la zone éventrée résulte d’un remaniement intentionnel entrepris bien après l’abandon du site. »

« Si la stratigraphie a été fortement remaniée dans la partie orientale de la citerne, le comblement opposé s’est avéré moins perturbé. Une majorité de tessons de poterie issue des productions locales et régionales datant principalement des années 1600-1750 déterminent de la vaisselle de la vie quotidienne telles que les pichets, les cruches, les assiettes creuses, les bols à oreille ou les orjols. Un tesson à pâte rouge foncé avec dégraissant et quelques fragments de céramique commune à pâte rose clair fine et recouverte d’engobe légèrement ocré sont représentatifs des XIIIème, XIVème siècle. Le comblement comprenait également une importante quantité de fragments de tuile à pâte rouge ou ocre, ainsi que des fragments de tuile vernissée à l’extrémité triangulaire recouverte d’une glaçure de couleur ocre-beige ou verte. Les ateliers de tuiliers briquetiers à Tornac ou Atuech, mentionnés entre les XVIIème et les premières décennies du XXème siècle, tendent à suggérer une production locale. »

« En conclusion, la construction de la citerne a été entreprise durant le chantier de transformation du site castral primitif en maison forte suite à l’acquisition du mas de Sandeyran par Pierre de la Jonquière en 1564. Soigneusement bâtie dans le rocher, la
maçonnerie conserve majoritairement ses enduits hydrauliques d’origine. Une seule campagne de reprise d’étanchéité de la totalité des parois sur une hauteur maximum de 1.00 m et quelques reprises ponctuelles de la chape de fond et du puisard ont été observées.
Délaissé suite à l’incendie de 1792, le château semble avoir servi de carrière de pierres et a fait l’objet de démontage régulier des encadrements de baies, des voûtes, des dallages et des toitures au cours de la seconde moitié du XIXème siècle. Les matériaux brisés et inutilisables ont été volontairement jetés dans la citerne qui a été partiellement fouillée et détruite vers l’extrême fin du XIXème siècle ou durant les premières décennies du XXème siècle. Le chantier de restauration entrepris dans les années 1977 a également fortement perturbé le comblement de celle-ci. (…) »

 
Je ne vais pas aujourd’hui vous décrire le projet développé par notre architecte concernant les caves (La photo montre leur enfilade avec le puits de lumière indiquant la partie effondrée. Tout au fond se trouve la citerne). A ce jour nous attendons toujours la réponse de la DRAC, favorable ou non aux travaux envisagés. Un autre billet sera consacré au sujet le moment venu, d’autant plus qu’il y a de fortes chances pour qu’un certain nombre de modifications ait lieu en cas d’acceptation…

14 mai 2017

Un samedi lumineux avec une joyeuse équipe d’auteurs…

C’est sous l’égide et l’organisation de Louise et Michel Caron, eux-même membres des « Ecrivains Associés du Théâtre », que la municipalité d’Anduze a été ravie et honorée de recevoir autant de personnalités à la fois dans un même domaine littéraire, celui de l’écriture théâtrale.

Des auteurs dramatiques bienvenus dans notre vieille cité dont le labyrinthe historique est loin d’avoir livré tous ses secrets. Un dédale que les anciens historiens locaux au cours des siècles ont aimé parcourir mais aussi souvent s’y perdre. C’est pareil pour ceux d’aujourd’hui, même s’ils espèrent un jour trouver un fil d’Ariane qui leur permettra d’obtenir des réponses cohérentes à leurs nombreuses questions…

Mais l’Histoire c’est aussi le présent et avec cette manifestation inédite nous avons pu, grâce à cette joyeuse équipe, écrire une nouvelle page à celle d’Anduze. Une page culturelle atypique qui nous a permis de mieux connaître les différents processus d’écriture menant à la conception d’une œuvre théâtrale. Chaque intervenant, tiré au sort dans l’ordre d’apparition, nous a présenté le résultat de son travail du jour — avec quelques fois l’aide d’un collègue pour la lecture — sur un thème imposé par Louise et Michel : le labyrinthe, avec une phrase obligatoire à insérer dans le texte « Parvenir à se perdre, il existe mille façons ». Ces littéraires représentent un profil particulier du métier d’écrivain puisque leurs créations sont appelées à être prolongées de façon concrète à travers une mise en scène et une interprétation de leurs œuvres par des comédiens ; il leur faut donc déjà une bonne connaissance du milieu théâtral et la maîtrise de ses différents modes d’expression, avec leurs rythmes et leurs respirations déterminés par des textes écrits sur mesure. Ensuite une bonne compréhension de la nature humaine et de sa psychologie pour pouvoir exprimer le plus justement possible diverses situations à travers un vocabulaire adapté, ceci grâce à la richesse exceptionnelle de notre langue française.

Merci encore à ces femmes et hommes de lettres d’avoir apporté avec talent et simplicité ce bel éclairage sur une profession assez méconnue du grand public. Il nous permettra, après cette soirée brillante d’où nous sommes sortis j’en suis sûr un peu plus intelligents, de mieux appréhender et apprécier la qualité de nos futurs spectacles théâtraux…