C'est le passé et le présent qui se mélangent pour former la passionnante histoire culturelle de notre antique cité, tournée irrémédiablement vers l'avenir…
Ces "billets", pour amoureux d'Anduze, n'en sont que quelques modestes reflets.

7 juin 2015

La tour de l'Horloge hier, aujourd'hui, demain…

En dehors du cas particulier du château de Tornac dont la ville d'Anduze est co-propriétaire avec la ville de Tornac, notre cité possède trois monuments historiques significatifs de son identité culturelle et de sa notoriété. Il s'agit de la fontaine Pagode et du temple de l'Eglise Réformée, classés entièrement et successivement en 1914 et 1979 ; et puis bien sûr la tour de l'Horloge qui bénéficie d'une inscription au titre des Monuments Historiques depuis 1978.

Une tour médiévale dont l'histoire est inscrite dans la pierre, nous autorisant à situer son élévation sans risque d'erreur au XIV ème siècle. Nous savons aussi, grâce aux indices architecturaux encore présents sur ses parements extérieurs, qu'elle fut construite au moins en deux fois au Moyen-âge.
Quant aux dates plus précises et contradictoires qui apparaissent de façon récurrente dans les différents ouvrages et articles sur le sujet – je veux parler de 1320 et 1373 – il serait temps d'en retrouver les références et l'articulation historique qu'elles pourraient avoir entre elles, si elles en ont une. Aussi la municipalité, par mon intermédiaire, est ouverte à tous renseignements de la part de nos amis chercheurs sérieux et autres archéologues : aidez-nous à lever enfin toutes les ambiguïtés et confusions concernant l'origine exacte de notre monument !

En tout cas les nombreuses cicatrices qui le parcourent montrent bien que sa longue existence ne fut pas, selon les époques, de tout repos. Abîmé, transformé, remanié, toutes ces traces racontent la vie d'un ouvrage militaire d'environ sept cents ans. Parmi ces remaniements, le plus important d'entre eux fut sans aucun doute l'installation en 1569 d'une lourde horloge en fer. Celle-ci, en modifiant pour une grande part la destination d'origine de la tour, changea aussi sa destinée puisque cela lui permit d'échapper à la destruction, soixante ans plus tard, lors du démantèlement des fortifications de la cité ordonné par Richelieu.

Alors depuis des siècles cette fonction d'utilité publique participe de la vie anduzienne, au rythme des sonneries de la cloche. Mais aujourd'hui n'est-il pas temps pour les Anduziens de s'approprier entièrement leur monument, témoin patrimonial de la longue histoire mouvementée de leur ville ? Ouvrons son accès pour en faire un lieu vivant et non comme actuellement être une simple et belle coquille vide. Le mauvais état général intérieur et le succès public de son ouverture pendant les Journées du Patrimoine ont présidé à la décision de la municipalité d'engager un processus de réhabilitation complète. Mais il n'en demeure pas moins que cette initiative vient s'inscrire aussi dans le cadre plus large du projet de territoire d'Alès Agglomération avec le statut particulier de la ville d'Anduze, Porte des Cévennes, comme l'une des principales vitrines culturelles et touristiques de la communauté.

En attendant et la tour étant devenue maintenant rigoureusement interdite au public, il nous a paru intéressant de proposer aux Anduziens et autres amateurs curieux de patrimoine une description à la fois ludique et la plus exhaustive possible de notre monument. Si, bien sûr, tout le monde connaît sa silhouette massive et les divers entretiens et restaurations extérieurs effectués ces dernières années, par la force des choses une grande majorité de nos concitoyens ignore son aspect intérieur. C'est l'un des principaux objets de l'exposition : montrer par de nombreuses images commentées un état des lieux actuel, pour pouvoir mieux apprécier par la suite le bénéfice des travaux entrepris.

L'autre partie est la présentation, par des dessins et coupes du bâtiment effectués par notre architecte du patrimoine Frédéric Fiore, des nouveaux moyens de circulation entre les différents niveaux, dont le plus élevé. Cette plate-forme du sommet de la tour fut bien l'enjeux majeur de l'étude car, son seul accès d'origine se résumant à la simple présence d'un trou circulaire d'un mètre de diamètre perçant le centre de la coupole du troisième étage, un passage destiné au public semblait d'emblée compromis. Eh bien non ! Une solution originale, mais surtout agréée par la DRAC et aussi l'exigeante commission de sécurité, fut trouvée avec l'installation d'un petit escalier hélicoïdal aux marches décroissantes du sol à l'étroit oculus. Il permettra le passage d'une personne à la fois vers la terrasse. Celle-ci sera agrémentée d'une estrade le long d'une partie de son parapet, permettant ainsi d'optimiser une très belle vue sur notre ville et ses environs.

En elle-même cette réfection intérieure est déjà un véritable projet à destination culturelle. Car, pour employer une métaphore, si la tour de l'Horloge est un précieux livre ancien dont la magnifique reliure de pierre attire déjà depuis longtemps tous les regards, celui-ci, en livrant bientôt le secret de ses pages, va permettre à ses lecteurs d'accéder concrètement au cœur de l'histoire d'Anduze.
De plus des panneaux explicatifs et diverses expositions à thèmes patrimoniaux et historiques viendront enrichir et dynamiser de façon ludique cette mémoire locale dont nous souhaitons que la tour devienne le plus beau des réceptacles, à la fois gardienne et enseignante d'un passé prestigieux au service de notre avenir.

Exposition ouverte aux horaires de l'Office de tourisme jusqu'au 27 juin 2015.