C'est le passé et le présent qui se mélangent pour former la passionnante histoire culturelle de notre antique cité, tournée irrémédiablement vers l'avenir…
Ces "billets", pour amoureux d'Anduze, n'en sont que quelques modestes reflets.

22 mai 2012

Un Anduzien de cœur : Laurent Schmitt !

Laurent Schmitt (photo J.C. Vallaeys)
C'était la troisième année consécutive qu'était organisée par le Club Numismatique Cévenol et son président, Philippe Moline, accompagnés pour Anduze par Aimé Aigouy ainsi que du service culturel, une conférence dans le cadre de la Bourse Nationale Numismatique d'Anduze.
Avec cette troisième édition, nous pouvons affirmer aujourd'hui que c'est un véritable rendez-vous devenu incontournable qui s'est instauré. Rendez-vous avec notre Histoire frappée au coin de ses monnaies bien sûr, mais surtout rendez-vous avec un vrai passionné ! Vous savez ce genre d'homme qui, en dehors de leur grand savoir, vous donne avec le cœur pour le simple plaisir de partager un moment avec vous… Simplicité et convivialité, compétences et professionnalisme, vous avez reconnu notre ami Laurent Schmitt, venu de Paris nous livrer le fruit de ses recherches. Après nous avoir enchanté entre Moyen-âge et XVII ème siècle (accompagné pour cette dernière période par les commentaires éclairés de Daniel Travier) les deux premières années, cette fois-ci ce fut notre époque Gallo-romaine qui fut mise à l'honneur avec des éclaircissements concernant une trouvaille exceptionnelle faîte en 1839 à Anduze : un superbe médaillon en or à l'effigie d'Alexandre Sévère, empereur romain du III ème siècle après J.C. Je ne vais pas ici vous résumer cette conférence qui a tenu en haleine un public nombreux amoureux de son histoire locale : le prochain bulletin du Club Numismatique Cévenol s'en fera l'écho sous l'égide de Laurent ; mais par contre, pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus sur les circonstances de cette découverte au XIX ème siècle, celles-ci sont décrites dans les pages numérisées par Google d'un ouvrage de 1840 : Lettres sur Nismes et le Midi, de J. F. A. Perrot, à partir de la page 399.
Une précision : le médaillon d'Anduze, pourtant répertorié, est à ce jour introuvable… Un autre mystère, mais nous y sommes abonnés !

12 mai 2012

Magnifique Quatuor Debussy…

Vendredi 4 mai 2012 : quelle soirée mes amis !

Nous savons déjà depuis longtemps l'attraction que suscite notre grand temple pour les musiciens, tout en exerçant une certaine inquiétude quant à son immense volume et la propagation d'une résonance difficilement maîtrisable. Eh bien l'un des plus grands quatuors à cordes internationaux actuels décida de relever ce défi en choisissant le Monument Historique anduzien pour clore de façon magistrale sa tournée avec son "programme Chostokovitch".
L'œuvre originale de ce grand compositeur Russe du vingtième siècle est venue exacerber le talent et la complicité des quatres artistes hors normes formant le célèbre Quatuor Debussy, nous permettant ainsi d'assister à l'une des plus belles prestations musicales données dans notre cité. Mais le succès de ce moment privilégié est sans aucun doute dû aussi à la conjonction heureuse de différents éléments qui contribuèrent à cette performance artistique.
D'abord l'organisation même de l'événement, faîte par l'équipe professionnelle du Cratère d'Alès. Efficacité notamment en matière logistique, toujours adaptée judicieusement au lieu pour en tirer le meilleur sans pour cela en dénaturer l'atmosphère atypique, ici en l'occurrence relevée par un jeu de lumières particulièrement soigné.
Ensuite le public, paramètre essentiel bien sûr pour l'organisateur et les artistes. Dans le cas présent nous avons eu la chance d'atteindre une jauge formidable estimée entre 230 et 250 personnes. Une affluence à l'échelle de l'événement et… du lieu ! Car n'oublions pas notre petit problème de son : une part de ceux-ci a été "absorbée" par le nombreux public, celui-ci participant ainsi sans le savoir à la qualité acoustique de ce concert exceptionnel. Pari donc largement gagné pour ces "quatre garçons dans le vent" dont les carrières, en groupe ou individuelles, nous réserveront encore à n'en pas douter quelques bonnes surprises !