C'est le passé et le présent qui se mélangent pour former la passionnante histoire culturelle de notre antique cité, tournée irrémédiablement vers l'avenir…
Ces "billets", pour amoureux d'Anduze, n'en sont que quelques modestes reflets.

28 août 2011

Les petits tampons de l'Histoire…

Quand François Henri d'Estienne, adjoint à la Mairie d'Anduze, écrivit de sa meilleure plume ce certificat de bonne conduite (ci-contre), il ne pouvait pas se douter que cette pièce, somme toute assez banale à l'époque, serait reprise par un successeur près de deux siècles plus tard, pour parler d'histoire.
Même si il est toujours émouvant, quand on aime Anduze, d'être confronté à un témoignage local d'une époque révolue, ce n'est pas tant le contenu manuscrit de cette lettre qui attira mon attention mais bien la corrélation de l'année inscrite avec les différents tampons présents.
1815, date importante dans notre histoire nationale. Souvenez-vous. Quand Napoléon Ier eut abdiqué en avril 1814, il reçut la modeste souveraineté de l'île d'Elbe. En mars 1815, ayant échappé à la vigilance des Anglais, il rentra en France. Commença alors la fameuse période des Cent-Jours qui se terminera par sa défaite à Waterloo le 18 juin. Cette année là fut donc une période politiquement incertaine et trouble. D'autant plus qu'après cette deuxième abdication de l'empereur qui, comme chacun sait, termina sa vie à Sainte-Hélène, la "Terreur blanche" avec les exactions des royalistes s'installa tout l'été dans notre Midi, favorisant ainsi un climat malsain.
Ce document administratif anduzien de 1815 est intéressant car il illustre très bien, par la présence de tampons officiels de deux régimes différents, cette courte transition où un certain dualisme s'exerça dans notre pays. Celui en rouge représente le premier Empire avec pour emblème son aigle impérial ; le second, représentant la Mairie d' "Anduse", affiche les symboles royaux de Louis XVIII avec la couronne et les fleurs de lys.
Ce vieux papier (collection personnelle) nous montre aussi qu'en ce temps là le nom de notre commune s'écrivait avec un "S". Mais, heureusement, nous avons repris depuis longtemps le "Z" de Zor… pardon, de Anduzia !

18 août 2011

Vive le cinéma !

Elisa et son collègue Stéphane
Le lundi 22 août a été projeté le dernier film en plein air de la saison, "Les femmes du 6ème étage" avec comme interprètes principaux le savoureux Fabrice Luchini et la non moins excellente Sandrine Kiberlain. Il est indéniable que le parvis de l'école de musique se prête merveilleusement bien au cinéma en plein air l'été : en dehors du charme du lieu, le public est aux premières loges pour admirer le magnifique panorama d'Anduze et son environnement, digne d'une super production ! Ensuite le simple spectacle du projecteur et ses grandes bobines qui tournent au rythme d'un "clac-clac" lancinant mais vite oublié une fois que nous sommes plongés dans l'action du film.
Si ce n'est la météo capricieuse de cet été qui est venue perturber quelquefois la programmation initiale, l'équipe sympathique de CINECO s'est révélée efficace dans la préparation et la réalisation de l'ensemble des séances. Parmi ces passionnés du septième art se trouve une jeune femme énergique, Elisa, dotée d'une forte personnalité alliée à une vraie conscience professionnelle dans l'approche de son métier. Mais rien d'étonnant à cela car "Bon sang ne saurait mentir" quand on apprend que cette projectionniste de talent n'est autre que la fille de Delphine Desyeux.
A l'évocation de ce nom les plus anciens d'entre nous se souviennent du fameux feuilleton TV des années soixante qui lança la carrière de cette très jeune artiste à l'époque : "L'âge heureux". Cette série, créée par Odette Joyeux et située dans l'univers des petits rats de l'Opéra de Paris, rassembla autour de la jeune danseuse un casting d'adultes prestigieux avec notamment Pierre Mondy, la grande Françoise Rosay (souvenez-vous de sa célèbre voix rauque…), Marthe Villalonga, Louis Velle, Danielle Lebrun. Aujourd'hui Delphine est chorégraphe et donne des cours de danse chez nous, en Cévennes, venant confirmer ainsi, avec d'autres, un véritable attrait des artistes pour notre région et sa qualité de vie mais aussi de travail. Ceci dans une grande diversité culturelle, pour le bénéfice de tous.

3 août 2011

Anduze et sa médiathèque

Quelques mots et quelques chiffres (année 2010) pour parler un peu de notre espace culturel municipal qui, s'il porte très bien sa dénomination, n'en demeure pas moins essentiellement actif sur la partie bibliothèque. Animée par Chantal et Sandrine, la médiathèque occupe une superficie de 314 m2 au premier étage de la mairie. Ouverte toute l'année, elle propose au public un fond d'environ 13000 ouvrages, sachant qu'entre 550 et 600 livres sont achetés chaque année pour permettre une actualisation de celui-ci, tous genres confondus. Autour de 1530 revues et périodiques viennent compléter les collections "papier". Ce lieu abrite dans ses murs une petite cyber base que nos deux charmantes et efficaces agents du patrimoine gèrent aussi. Initiée par la Communauté de Communes, cette base informatique de quatre postes est accessible au public aux heures d'ouverture de la médiathèque. Des ateliers de formation sont aussi organisés pour ceux qui désirent se former ou se perfectionner au traitement de texte, internet, messagerie, etc…
CD audio et CD-ROM sont également présents avec quand même l'année dernière 1518 prêts pour les premiers et 267 pour les seconds, moins sollicités. Pour un total des prêts de 16544, 2010 aura vu 1020 personnes inscrites (enfants compris). Parmi ces lecteurs 620 étaient de la commune, 380 hors commune et une vingtaine de touristes.
Bien sûr, ici ne sont pas comptabilisés les nombreux visiteurs occasionnels venant étudier les livres et documents à consulter sur place. En dehors de manifestations ludiques liées à la littérature, c'est ce secteur qu'il va falloir développer dans les années à venir avec la recherche, l'enregistrement ou éventuellement l'acquisition d'archives et autres pièces historiques locales perdues et jamais remplacées à ce jour.
Jours et heures d'ouverture de la médiathèque dans la colonne de gauche.